About

Le Sonneur est un artiste basé à Paris. Ses oeuvres et ses installations sont visibles dans la rue et en galeries, en France et à l’étranger. Si la ville est son terrain de jeu favori, ses créations tiennent plus de l’art contemporain que du street art.

 

Au fil de ses promenades urbaines, Le Sonneur colle des sonnettes aux portes des inconnus, de petites sonnettes rouges qui portent des noms intimes ou inattendus comme «  My Love » , « Her »  , «  Bunny »  ou «  My Heroine » . Il glisse aussi des lettres d’amour anonymes sous vos portes et dans vos boîtes aux lettres. Sur les trottoirs, il abandonne des clés aux noms d’amants imaginaires. Le Sonneur détourne aussi les accroche-portes des hôtels et les suspend aux portes de vos appartements ou de vos chambres, remplaçant les habituels « Do not disturb » ou « Make up the room » par des appels au secours ou des cris du coeur comme « Save Me », « Kiss Me » ou « Fuck Me ». Avec ses projections vidéos dans les rues, il fait apparaître sur les murs des portes imaginaires, passages éphémères vers l’intime, qui s’ouvrent et se ferment pour dévoiler en fragments la vie d’inconnus. Avec ses dessins en rouge et noir, Le Sonneur glisse son regard indiscret dans les trous de serrures et révèle dans un jeu d’ombres chinoises d’autres vies, d’autres moments volés.

 

Plus que la ville elle même, ce sont ceux qui y vivent qui sont le sujet du travail du Sonneur. Avec ses installations, ses photographies, ses vidéos ou ses dessins, il interroge la condition urbaine et la place de l’individu dans la ville. Entre poésie et ironie, romantisme et noirceur, il questionne nos rapports aux autres. Il joue sur les pas de portes, ces limites fines entre la ville et l’intime, entre tous et chacun. Ses oeuvres nous parlent d’aliénation et de liberté, d’anonymat et de solitude, d’espoir et d’intimité. Au fil du temps, le Sonneur nous raconte ses villes, vécues ou fantasmées, des villes peuplées d’inconnus et d’histoire d’amour en suspens, des villes où chaque porte cache ses histoires et ses secrets. Ce sont ces secrets qu’il nous dévoile, en détournant le banal et les gestes du quotidien. Avec une sonnette, un trou de serrure, avec de petits riens, dans un style minimal et singulier, il nous raconte ses histoires.

 

Quelques articles de presse : http://bit.ly/2sm3DUG

 

————————————————————————

 

Le Sonneur is a Paris-based artist. His works and installations can be seen in the street and in galleries, in France and abroad. If the city is his favorite playground, his creations are more of contemporary art than street art.

 

All along his urban walks, Le Sonneur sticks some bells at the doors of the unknown, some small red bells that bear intimate or unexpected names like « My Love », « Her », « Bunny » or « My Heroine ». He also slips some anonymous love letters under your doors and into your mailboxes. On the pavements, he abandons some keys to the names of imaginary lovers. Le Sonneur also hijacks the door hangers of the hotels and hangs them at the doors of your apartments or rooms, replacing the usual « Do not disturb » or « Make up the room » by calls for help or heartcries like  » Save Me « , » Kiss Me « or » Fuck Me « . With his video projections in the streets, he reveals on the walls some imaginary doors, some ephemeral passages towards the intimate, which open and close to reveal in fragments the life of unknown. With his drawings in red and black, Le Sonneur slips his indiscreet eye into the keyholes and reveals in a game of Chinese shadows some other lives, some other stolen moments.

 

More than the city itself, those who live there are the real subject of the work of Le Sonneur. With his installations, his photographs, his videos or his drawings, he questions our urban condition and the place of the individual in the city. Between poetry and irony, romanticism and blackness, he questions our relationships with others. He plays on the doorsteps, these fine limits between the city and the intimate, between each and everyone. His works tell us about alienation and freedom, anonymity and solitude, hope and intimacy. Over time, Le Sonneur tells us about his cities, lived or fantasized, some cities which are populated by strangers and loving love stories, some cities where each door hides its own stories and secrets. And Le Sonneur reveals these secrets to us, by turning away the banal and the everyday life gesture. With a simple bell, a keyhole, with little things, in a minimal and singular style, he tells us his stories.

 

Press Review : http://bit.ly/2sm3DUG